Karo

Sacs plastiques, dimensions variables

Chez les Canaques, le corps n'existe pas. Le mot qui se rapproche le plus de l'idée occidentale est karo. Mais il rentre autant dans l'expression du « corps de l'eau » que du « corps de la hache » ou du « corps de la nuit ». En fait, la personne occidentale, s'arrêtant aux frontières de la peau, n'a chez eux aucune consistance. À tel point que lorsque les français cherchèrent à savoir ce qu'ils leur avaient apporté, un vieil homme Canaque leur répondit : « Ce que vous nous avez apporté, c'est le corps. ».